top of page

Afrique du Sud
Un rêve sauvage

C'était agréable de ressentir la sensation d'un tremblement de terre pérenne, causé par les routes déconnectées, sur la jeep qui m'accompagnait chaque jour lors du safari. Le soleil était différent de ce que vous pouvez trouver partout et l'atmosphère de liberté sauvage sans frontières m'a fait revenir aux origines, réveillant les côtés cachés de l'âme provenant de nos ancêtres qui n'étaient guère plus que des singes. Dans le calme le plus total un rugissement ne m'a arrêté que quelques infinités selon les organes, une gigantesque masse de peau cuirassée qui contient tout ce que la nature forte a à montrer m'a dépassé de quelques centimètres. J'étais là, sur le continent noir, où je n'avais besoin que d'yeux pour regarder, d'oreilles pour entendre, d'un nez pour sentir et d'un cœur aussi grand que le continent lui-même pour le tailler à l'intérieur. Et j'ai réussi. Des zones sauvages du parc national de Marakele et de la réserve de gibier de Selati, au Cap plus artificiel, j'ai vu deux côtés du pays en quatre mois, divisés en deux voyages, et cela ne me suffit toujours pas.

(Cliquez sur l'image de la galerie pour l'ouvrir dans son format d'origine)

bottom of page